France: nouvelle semaine sociale agitée en perspective

C'est une nouvelle semaine sociale agitée qui s'ouvre pour le gouvernement entre conflits à la SNCF, à Air France et dans certaines universités. Les discussions pourraient également prendre un tour plus politique avec le début de l'examen par les députés du projet de loi de réforme du rail.

En grève jusqu'à mardi matin, les cheminots tiennent bon contre la réforme du rail qui prévoit l'ouverture à la concurrence, la réorganisation de l'entreprise et la fin du statut particulier pour les nouveaux embauchés.

La direction de la SNCF a annoncé dimanche en fin d'après-midi un taux de déclaration de grévistes de 43% pour lundi parmi ses agents « indispensables » pour faire circuler les trains sur son réseau.

Selon les prévisions, un TGV sur cinq, un Transilien et un TER sur trois et un Intercités sur six rouleront lundi. Sur les lignes internationales, essentiellement Thalys et Eurostar, trois trains sur quatre circuleront.

Les cheminots devraient à nouveau cesser le travail vendredi et samedi prochains. La CGT menace même de pousser le mouvement au-delà de fin juin si nécessaire.

Mardi et mercredi deux nouvelles journées de grève sont également prévues à Air France pour réclamer une hausse générale de 6% des salaires et certains syndicats prévoient quatre journées de grève supplémentaires d'ici la fin du mois.

Pendant ce temps, la situation se tend dans certaines universités bloquées contre la réforme de l'admission dans l'enseignement supérieur.

La fonction publique pourrait venir allonger la liste, avec une intersyndicale prévue mardi pour définir un « plan d'action » contre le projet de réforme du gouvernement.

Par ailleurs, l'expulsion des derniers occupants illégaux du site de Notre-Dame des Landes semble imminente.

A cela s'ajoute lundi le début de la discussion à l'Assemblée nationale du projet de loi habilitant le gouvernement à réformer la SNCF par ordonnance alors qu'une partie de la gauche est mobilisée en faveur des cheminots. Des cheminots appelés à se rassembler devant le Palais Bourbon.

C’est dans ce contexte que le président de la République va s'adresser aux Français. Emmanuel Macron sera jeudi à la mi-journée invité sur TF1, pour, dit-on à l'Elysée, expliquer des réformes qui semblent mal comprises.