Élections en Bolivie: le chef des observateurs de l’OEA démissionne

Au lendemain du début de sa mission en Bolivie, le chef des experts de l'Organisation des États américains Arturo Espinosa a annoncé sa démission vendredi 1er novembre. Ce qui accroît encore l'incertitude au sujet de l’élection d’Evo Morales, dont le groupe de 30 experts doit vérifier des soupçons de fraude.

« J'ai décidé de me retirer de l'audit pour ne pas compromettre son impartialité » : c'est avec ces quelques mots, publiés sur Twitter, qu'Arturo Espinosa a annoncé sa démission vendredi 1er novembre.

En cause, un article d'opinion sur les élections en Bolivie écrit la semaine dernière par cet avocat mexicain et rapporté par les médias boliviens. Dans ce papier, Arturo Espinosa se montrait très critique à l'égard du président Evo Morales, l'accusant de vouloir se maintenir au pouvoir à tout prix.

C'est justement le chef de l'État bolivien qui a appelé de ses vœux cet audit de l'Organisation des États américains (OEA) sur le scrutin du 20 octobre. Carlos Mesa, le rival d'Evo Morales, a refusé d'y participer et appelle à poursuivre les manifestations.

Alors que l’audit doit durer environ deux semaines, le Tribunal suprême électoral bolivien a rejeté vendredi toute possibilité d'annulation du scrutin. Il a validé le décompte des suffrages et confirmé la réélection d'Evo Morales dès le premier tour pour un quatrième mandat.

Les partisans et les détracteurs du président se sont à nouveau mobilisés le même jour. Ces manifestations ont été émaillées de violences : selon la police, près de 200 personnes ont été interpellées.