L’Iran dévoile des fresques anti-américaines sur les murs de l’ex-ambassade

Les autorités iraniennes ont dévoilé samedi 2 novembre de nouvelles fresques anti-américaines sur les murs de l’ex-ambassade des États-Unis à Téhéran, à deux jours du 40e anniversaire de la prise du bâtiment diplomatique qui a provoqué la rupture des relations entre les deux pays.

Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

Les nouvelles peintures murales ont été réalisées par des bassidjis, des volontaires islamistes qui sont des supplétifs des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite iranienne. Elles ont été peintes sur les murs de l'ex-ambassade américaine et présentées par le général Hossein Salami, le chef des Gardiens de la révolution.

Elles présentent une Amérique arrogante et assoiffée de guerre. Dans son discours, le général Salami a affirmé que les États-Unis avaient tué 8,5 millions de personnes depuis la Seconde Guerre mondiale dans les différentes guerres engagées à travers le monde.

Une des peintures représente le drapeau américain, mais à la place des étoiles, il y a des têtes de mort et sur les lignes rouges, il y a des rangés de soldats mitraillette à la main. Une autre représente la statue de la Liberté totalement détruite.

Des cérémonies doivent être organisées dès lundi 4 novembre à travers le pays à l'occasion du quarantième anniversaire de la prise de l'ambassade par des étudiants islamistes qui ont gardé les diplomates américains pendant 444 jours.

Les relations entre Téhéran et Washington sont au plus mal après la sortie des États-Unis de l'accord nucléaire en mai 2018 et le retour des sanctions qui frappent durement l'économie iranienne.