La Chine encourage les dénonciations au Tibet

Pour obtenir des renseignements sur les indépendantistes du Tibet, régulièrement qualifiés par Pékin de «terroristes», les autorités chinoises offrent désormais d’importantes récompenses : jusqu’à 42 000 euros pour une information jugée utile.

Avec notre correspondante à Shanghai, Delphine Sureau

Jusqu’ici, les informateurs des autorités chinoises au Tibet étaient discrètement rémunérés. En annonçant officiellement une récompense pouvant aller jusqu’à 300 000 yuans, environ 42.000 euros, Pékin rappelle que sa guerre contre le terrorisme ne concerne pas que les séparatistes du Xinjiang, mais aussi les indépendantistes tibétains, qualifiés d’« extrémistes religieux ».

Si le Tibet ne connait pas d’attaques meurtrières comme au Xinjiang, les immolations de moines et les manifestations contre la politique chinoise y sont courantes.

Le gouvernement chinois en place à Lhassa dit être à la recherche d’informations sur les « organisations terroristes étrangères et les activités de leurs membres à l'intérieur de la Chine ». C’est le Dalaï-Lama, réfugié en Inde, et ses soutiens au Tibet qui sont visés ici.

Quelques jours après l’annonce d’une trahison de haut vol,15 responsables du parti communiste ont été arrêtés, accusés d’avoir rejoint clandestinement des organisations tibétaines indépendantistes. « Ils paieront pour cela », a commenté le quotidien nationaliste Global Times.