Coronavirus: Bratislava et Prague ferment leurs frontières

Les gouvernements tchèque et slovaque ont annoncé jeudi 12 mars la fermeture quasi totale des frontières aux étrangers, pour se protéger contre le coronavirus.   L'Estonie et la Lettonie décrètent l'état d'urgence. La Pologne instaure des contrôles sanitaires à toutes les frontières.

►Avec 16 cas confirmés de coronavirus, la Slovaquie se barricade

En Slovaquie, l'équipe de crise consacrée à l'épidémie s'est réunie au ministère de l'Intérieur pour annoncer de nouvelles mesures. Les frontières seront contrôlées, l'entrée des étrangers interdite et les échanges internationaux suspendus.

« Aucun citoyen étranger ne sera autorisé à entrer en Slovaquie » à partir de vendredi matin 7h locales (6h TU), a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère slovaque de l'Intérieur, Peter Lazarov.

Le Premier ministre Peter Pellegrini avait prévenu mercredi soir : « Nous ne voulons pas attendre que la situation empire ». Pour stopper la contagion, Bratislava prend donc exemple sur l'Italie en déployant vendredi matin toute une série de mesures.

Les trois aéroports internationaux du pays sont fermés aux passagers, mais pas au transport de marchandises. Les trains internationaux sont aussi suspendus, les lignes nationales au ralenti.

Seuls les étrangers disposant d'un titre de séjour peuvent entrer dans le pays à l'exception des Polonais qui pourront circuler librement. Tous, ainsi que les Slovaques qui rentrent de l'étranger, doivent rester 14 jours à l'isolement.

D'après le journal The Slovak Spectator les autorités ont annoncé qu'elles mettraient des lieux d'hébergement à la disposition des personnes qui ne voudraient pas exposer leur famille pendant ce laps de temps. Inversement le gouvernement envisage avec les agences de voyage l'annulation des départs vers l'étranger.

Les hôtels et restaurants restent ouverts mais les établissements scolaires, les lieux publics culturels, sportifs et récréatifs sont fermés pendant 14 jours. Pas de shopping non plus ce week-end car les centres commerciaux garderont portes closes. Enfin les services administratifs ne seront ouverts au public que trois heures par jour.

►Prague décrète un état d'urgence de 30 jours

La République tchèque voisine, où plus de cent contaminations étaient confirmées jeudi soir, a décrété un état d'urgence de 30 jours, fermant ses frontières aux voyageurs venant des « zones à risque » soit quinze pays : Allemagne, France, Royaume-Uni, Chine, Corée du Sud, Iran, Italie, Espagne, Autriche, Suisse, Suède, Norvège, Pays-Bas, Belgique et Danemark.

À compter de samedi 14 mars, Prague va interdire aux bus, trains et bateaux de transporter les passagers à travers ses frontières, sauf pour les résidents de la République tchèque et étrangers rentrant dans leur pays. Onze points de passage seulement resteront ouverts aux frontières avec l'Allemagne et l'Autriche.

« Nous avons aussi interdit aux citoyens tchèques d'entrer dans ces zones à risque », a déclaré aux journalistes le Premier ministre tchèque Andrej Babis.

►L'Estonie introduit l'état d'urgence jusqu'au 1er mai

En Estonie, toutes les écoles et les universités doivent passer à l'enseignement à distance, les musées et les cinémas seront fermés, les rassemblements publics et les événements sportifs annulés, et des contrôles sanitaires introduits aux frontières. Le transport maritime de passagers entre Tallinn et Stockholm sera suspendu, tandis que les visites dans les hôpitaux, les hospices et les prisons seront interdites.

►La Pologne impose des contrôles sanitaires aux postes-frontières

En Pologne, tout comme chez les voisins tchèque, slovaque et baltes, les établissements d'enseignement ont été fermés temporairement, et les rassemblements publics, les événements sportifs et culturels, ont été interdits ou sévèrement limités. Varsovie a instauré des contrôles sanitaires à toutes les frontières. Des fermetures ou restrictions frappent les théâtres, les cinémas, les salles de concert et de sport, les piscines, les clubs et les bibliothèques.

En Lettonie également le gouvernement a décrété un état d'urgence d'un mois, qui l'autorise à introduire ce type de restrictions.

Avec AFP