Colloque sur la Shoah perturbé à Paris: la France interpelle la Pologne

Le gouvernement français interpelle les autorités polonaises, une semaine après les perturbations de nationalistes polonais qui ont fait irruption lors d'un colloque à Paris consacré à l'histoire de la Shoah en Pologne.

Dans un courrier adressé à son homologue polonais, la ministre française de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, évoque des « prises de parole aux relents antisémites ». Le gouvernement français a demandé ce vendredi aux autorités polonaises de se détourner publiquement de ces agissements qualifiés par la France de « hautement regrettables ».

La semaine dernière, une trentaine d'individus ont interrompu les interventions des historiens français et polonais, en proférant des injures antisémites et en distribuant des tracts. L'École des hautes études en sciences sociales avait reçu des mails et des appels téléphoniques d'intimidation pour annuler ce colloque.

Ingérence « inacceptable »

Dans son courrier ce vendredi, la ministre française Frédérique Vidal indique que le colloque aurait été perturbé « de façon très organisée » par des militants de l'hebdomadaire conservateur Gazeta Polska. Ces perturbations auraient même été soutenues par des représentants de l'État polonais. L'un d'eux assistait au débat, mais n'aurait pas condamné les agissements en cours.

L'Institut polonais pour la mémoire nationale a critiqué la conférence sur les réseaux sociaux. Des messages relayés par l'ambassade de Pologne à Paris, sur son compte Twitter. Une ingérence qualifiée « d'inacceptable » dans un débat scientifique par la ministre française de l'Enseignement supérieur. Le gouvernement français demande à la Pologne une position claire vis-à-vis de ces agissements.

Frédérique Vidal propose à son homologue polonais d'intégrer au programme de cette année l'histoire de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah. En attendant, la ministre l'a informé de son intention de porter plainte.