60e anniversaire du soulèvement de Lhassa contre la présence chinoise au Tibet

Le 10 mars est le 60e anniversaire du soulèvement de Lhassa contre la présence chinoise au Tibet, qui s'est soldé par le départ en exil du Dalaï Lama. A l'occasion de cet anniversaire, le responsable du PC pour le Tibet, Wu Yingjie, a déclaré à Pékin en marge de la réunion parlementaire annuelle chinoise, que le Dalaï Lama n'avait rien fait pour son peuple et que les Tibétains étaient  reconnaissants au Parti communiste de leur avoir apporté une « vie heureuse ».

Le responsable de la communication avec la communauté chinoise en Europe du gouvernement central tibétain en exil, LobSang Nyima, a répondu à ces propos au micro de la rédaction chinoise de RFI.

« Pour lui répondre, je voudrais tout simplement lui demander quels bienfaits le Parti communiste chinois a apportés au peuple tibétain après son entrée au Tibet ?
Au point de vue historique, après avoir pénétré au Tibet, au cours des 50 dernières années, il a tué presque toutes les élites tibétaines, en 1959, il a réprimé la lutte du peuple tibétain pour les droits de la liberté de sa mère patrie, de 1966 à 1976
[pendant la Révolution culturelle en Chine, ndlr], c’était la répression physique et spirituelle pour anéantir toute la culture tibétaine. Plus tard, les Tibétains ont poursuivi la résistance. Mais les Chinois ont continué à réprimer et à transformer complètement le Tibet en une grande prison. Bien que le nom complet du Tibet soit la Région Autonome du Tibet, il n’y a aucune réelle autonomie. Wu Yingjie qui a prononcé ces paroles est lui-même le président et le représentant du Parti communiste chinois de cette région autonome, mais il est Chinois et non Tibétain, d’ailleurs, les principaux dirigeants de la région autonome du Tibet n'ont jamais été Tibétains. »