Colombie: le nouveau président Gustavo Petro promet un État plus fort

Pour la première fois depuis plus de 200 ans, la Colombie sera dirigée par un président de gauche. Gustavo Petro promet plus de justice sociale, plus de justice environnementale et enfin la paix dans un pays toujours en proie à des violences en tout genre.

Le nouveau président élu colombien est un vieux routier de la politique. En tant qu'élu, sénateur et maire de Bogota, il a eu le temps d'affiner les propositions de son programme bien connu des Colombiens. 

Gustavo Petro promet un État plus fort : il veut rendre public les systèmes de santé et de retraites. Les universités doivent devenir gratuites et son premier acte en tant que président sera de décréter un état d'urgence contre la faim.

Pour financer ces mesures sociales et assurer une meilleure répartition des richesses, le premier chef d'État de gauche propose de bouleverser le modèle économique : taxer les 4 000 personnalités et entreprises les plus riches et surtout transformer cette nation pétrolière et minière en une Colombie où la production agricole et le tourisme écoresponsables seront les principales sources de revenus.

Gustavo Petro souhaite ainsi faire d'une pierre deux coups : engager son pays sur le chemin de la transition énergétique et proposer une alternative viable aux zones rurales où les cultures illicites sont source de violences quotidiennes. Pour le président élu, la guerre contre le narcotrafic menée depuis des décennies avec l'appui des États-Unis est d'ailleurs un échec. Ce constat pourrait laisser augurer une remise en question plus large de cette alliance stratégique, qui avait fait de Bogota le plus important allié de Washington en Amérique latine.

►À lire aussi : Colombie: Francia Marquez, première vice-présidente afro-descendante