Haïti: Ariel Henry reste au pouvoir malgré la fin de son mandat, la classe politique conteste

Haïti est une nouvelle fois entrée dans un régime de transition politique. Lundi 7 février aurait dû être une journée de passation du pouvoir présidentiel, mais Jovenel Moïse a été assassiné en juillet et, depuis, la classe politique ne parvient pas à trouver un consensus. Alors que tout l’exécutif aurait dû quitter le pouvoir, le Premier ministre Ariel Henry dirige toujours de fait le pays, mais la contestation grandit : les acteurs politiques se sont opposés par déclarations interposées.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

En début d’après-midi, le président du Sénat a signalé lundi 7 février au Premier ministre qu’à compter de ce mardi 8 mars, il ne devrait plus s’occuper que des affaires courantes. Joseph Lambert l’a invité, ainsi que toute classe politique, à une réunion en fin de semaine afin de trouver une issue à la crise.

Mais quelques heures plus tard, Ariel Henry a démontré qu’il n’entendait pas stopper son projet d’organisation d’élections et de changement de la constitution. Un processus, il l’a reconnu, qui nécessite au préalable une lutte contre les gangs.

Le Premier ministre a une nouvelle fois appelé ses opposants au dialogue, mais cette main tendue fait l’effet d’une gifle car Ariel Henry a déclaré que « personne n’a l’autorité ni le droit de se réunir dans un hôtel ou à l’étranger pour décider en petit comité de qui sera président ou premier ministre ».

Un coup direct porté aux signataires des accords « du Montana » et « de Louisiane », qui ont nommé des dirigeants pour d’éventuels régimes de transition. Un pouvoir intérimaire auquel Ariel Henry pose une fin de non-recevoir, répétant que c’est à tous les citoyens haïtiens de se choisir leurs futurs représentants.

À lire aussi : Transition politique en Haiti: «Nous entrons dans une zone de négociations»