Gabon: des médias sanctionnés, dont France 2 pour un documentaire sur les Bongo

Au Gabon, le régulateur de la communication a sanctionné plusieurs médias. L'hebdomadaire Echos du nord a été interdit de paraître durant un mois pour n'avoir pas déféré à une convocation du régulateur. De son côté Satcon, société de diffusion des chaînes de télévision câblées s'est vu retirer sa licence durant 3 mois pour avoir piraté les chaînes de bEIN. La sanction la plus lourde a été infligée contre France 2. La chaîne française est punie pour avoir rediffusé un documentaire très critique contre le clan Bongo.

La Haute autorité de la communication, HAC, s'est interrogée sur l'opportunité de rediffuser ce documentaire qu'il qualifie de « subversif » à la veille de la commémoration de la fête nationale du Gabon.

Le régulateur de la communication au Gabon affirme que ce documentaire porte atteinte aux institutions et à la dignité d'autrui. « Le documentaire est de nature à troubler l'ordre public », enfonce la HAC.

« France 2 a commis par ces faits un acte répréhensible », conclut la HAC, qui a décidé de retirer cette chaîne de tous les bouquets au Gabon durant un an.

La première diffusion du documentaire Le clan Bongo, une histoire française en juillet 2017 avait choqué les Gabonais. Ils étaient surpris de voir leur président diriger un orchestre à Londres ou d'apprendre que la famille Bongo percevait 18 % des revenus pétroliers de Total Gabon.

Le palais présidentiel, bouleversé, avait affirmé avoir été floué par l'équipe qui a réalisé ce documentaire à charge.