Libye: les prisons clandestines, «une pratique importante» pour MSF

L'évasion d'une centaine de migrants mercredi 23 mai d'une prison clandestine du nord-ouest de la Libye a fait une quinzaine de morts et 25 blessés, selon les rescapés. Les trafiquants qui les retenaient ont ouvert le feu sur eux au moment de leur fuite. Les blessés sont pour la plupart des adolescents érythréens, éthiopiens et somaliens. Au moins 40 personnes, en majorité des femmes, seraient toujours détenues sur place. Que sait-on de ces prisons clandestines ?

Plus de 100 migrants originaires d'Afrique de l'Est sont parvenus à échapper cette semaine aux passeurs qui les retenaient en captivité près de la ville libyenne de Bani Walid, a-t-on appris auprès d'une source locale et de travailleurs humanitaires.

Plusieurs d'entre eux ont été touchés par balle dans leur fuite, précise-t-on de même source. D'après les récits de survivants recueillis par Médecins sans Frontières (MSF), quinze personnes au moins ont été tuées et quarante autres,
principalement des femmes, n'ont pu fuir leurs geôliers.

En Libye, le HCR évacue certains de ces réfugiés et demandeurs d'asile vers le Niger afin de les reloger dans des pays tiers.