Bénin: la grève générale diversement suivie dans l’éducation ou la santé

Au Bénin, grève dans la fonction publique ce mardi à l’appel des sept centrales syndicales. Un débrayage pour demander l’abrogation des lois qui suppriment le droit de grève au personnel de la santé et de la justice. A la mi-journée, le mouvement était bien suivi dans l’enseignement primaire et à l’université, dans les hôpitaux et centres de santé, c’était un peu plus contrasté. Mardi soir, les centrales syndicales se disaient satisfaites de la mobilisation qui continue ce mercredi et ce jeudi. Le président Patrice Talon a, quant à lui, justifié des « choix difficiles » mais « nécessaires ».

Au complexe scolaire Gbegamey sud, en plein centre de Cotonou, les 18 classes sont fermées. Prosper, instituteur depuis 20 ans, syndiqué et gréviste, est venu faire un tour pour constater : « Cette cause, nous la jugeons juste. C’est pourquoi nous sommes tous en train d’observer cette motion de grève. C’est le seul moyen pour les fonctionnaires de revendiquer leurs droits. Et si vous ne réagissez pas, ça peut arriver aussi à votre niveau. En dehors de ça, les enseignants avaient leurs revendications qui étaient en cours, qui n’étaient pas satisfaits, qu’on réclamait [depuis] un bon moment. Donc nous, nous sommes en train d’œuvre pour ça ».

Dans le secteur de la santé, si à l’hôpital de la Mère et de l’enfant, la grève est bien suivie, au Centre national hospitalier universitaire, on sent moins le débrayage. C’est le centre de référence et il y a toujours un service minimum. Justin est aide-soignant, il ne fait pas grève : « S’il y a vraiment la grève, tu vas voir que tout le couloir va être vide. Tu vois que le couloir est plein maintenant. Ça veut dire que la grève n’est pas beaucoup suivie. La collaboration avec le gouvernement, avec les centrales, ça vaut mieux que d’aller à la grève tout le temps, tout le temps. Parce que nous sommes ici pour aider les malades et [nous] aider les uns et les autres ».

Dans les ministères, la situation est plus confuse à cause du boycott demandé lundi par certains syndicats. En revanche, la justice est paralysée. En effet, les magistrats ont reconduit leur grève de cinq jours et le personnel de justice est passé de trois à cinq jours de débrayage.

Le président Patrice Talon a évoqué la situation lors de la cérémonie des voeux aux présidents d'institutions et aux corps diplomatiques. « Une partie de notre élite intellectuelle, syndicale et politique s'interroge encore, et de manière vive, sur la pertinence de nos choix qui, quoique difficiles, sont nécessaires au redressement de notre pays. Il faut encore que l'Etat, dans son organisation, dans sa gestion, dans son administration et dans le comportement de ses agents rende attrayant et compétitif notre environnement économique et social. C'est le sens des réformes structurelles initiées et adoptées tout récemment par notre Assemblée nationale. »